Syndicat des
enseignantes et enseignants
du Cégep de Rimouski
Centrale des syndicats du QuébecFérération des enseignates et enseignats de CEGEP

Et vous !

Audrey Thériault, responsable des communications et de la mobilisation

Le SEECR, c’est aussi la multitude de comités où plusieurs membres représentent l’ensemble du personnel enseignant. Ces comités nous permettent de participer activement aux décisions du Collège, de partager nos idées, nos valeurs et nos convictions. S’impliquer au sein d’un comité, c’est également une excellente façon de découvrir le Collège — ses programmes, ses services, son mode de fonctionnement — et de mieux comprendre les rouages du milieu collégial.

Nous procédons toujours à l’élection des membres des différents comités lors de l’assemblée générale annuelle (AGA), pour l’année suivante. Cela nous permet de demander les contraintes horaires nécessaires à certains comités. L’entrée en fonction des personnes élues se fait au début de l’année scolaire et prend fin au début de l’année scolaire qui suit l’élection. Le mandat de chaque membre élu à un comité est donc d’une durée d’un an et est renouvelable chaque année. Si certains postes ne sont pas pourvus lors de l’AGA, nous pouvons élire des membres lors des assemblées générales ordinaires. 

 

Ça vous intéresse ? 

 

Les mises en candidature peuvent se faire de deux façons :

 

Mise en candidature écrite

 

La personne posant sa candidature doit remplir un formulaire de mise en candidature. Ce formulaire est disponible au bureau du Syndicat et doit être remis à la ou au secrétaire d’élection lors de l’assemblée générale (si vous ne pouvez être présent à l’AGA, vous n’avez qu’à nous transmettre votre formulaire à l’avance). Pour être valide, ce formulaire doit porter la signature de cinq membres confirmant leur appui à la candidate ou au candidat. Cette mise en candidature est considérée comme étant son acceptation d’être mise ou mis en nomination.

 

Mise en candidature orale

 

Un membre présent dans la salle peut proposer sa candidature ou celle d’un autre membre. Cette proposition doit être appuyée pour être prise en considération par la personne assumant la présidence d’élection.

 

Encore en réflexion ? 

 

Qui de mieux que des personnes impliquées dans ces différents comités pour vous en parler et témoigner de leur expérience. Je leur cède donc la parole !

 

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. 

J’ai goûté à la vie syndicale dès mon arrivée en 2003. Mon collègue et ami Gaétan Fortier, militant de tous les combats et bien connu par les personnes de l’époque (RIP Gaétan), m’avait alors initiée à l’importance de la mobilisation pour défendre les conditions de travail des profs, mais aussi veiller à ce qu’au local, les décisions soient prises dans l’intérêt de toutes et de tous, c’est-à-dire celui des personnes enseignantes, des départements, de la profession sans oublier celui de la pédagogie et des étudiantes et étudiants. En mettant le doigt dans l’engrenage de la mobilisation, notamment celle en lien avec la condition des femmes, je me suis propulsée dans presque tous les comités, incluant celui de la coordination syndicale. J’étais à la fois portée par ma curiosité de connaître les rouages syndicaux et ceux de nos vis-à-vis, et appelée à intervenir pour que les décisions prises soient équitables et justes. Ce que je retire de tous ces engagements dans les comités, c’est la rencontre de belles personnes évidemment, mais aussi les connaissances, l’appropriation des enjeux, les échanges constructifs avec les collègues de tous azimuts et la défense des dossiers qui nous concernent. Ces personnes que je côtoie encore aujourd’hui dans ces comités sont déterminées, pleines d’ambition et de solidarité inspirante, et ensemble, on avance pour le bien de toutes et de tous. La force de l’engagement social, syndical et collectif est essentielle. Et comme disait mon autre collègue et ami Péa, lui aussi bien connu, ensemble on va plus loin.  

Josée Ruest, enseignante en travail social

 

Le cégep est un endroit incroyable étant donné la diversité des expertises qui s’y trouvent et qui sont amenées à travailler ensemble. Or, les différents comités sont des lieux où cette diversité prend tout son sens.

 

C’est parce qu’elle me permet de participer à la construction d’une culture commune au sein de notre institution que j’apprécie ma participation aux différents comités. En allant au-delà de nos propres cours ou de notre département et en s’impliquant dans des comités, on s’ouvre à ce qu’est le cégep dans sa totalité. Cela me permet aussi de me sentir plus accompli en tant qu’enseignant, car le travail de tous les comités a un impact sur l’apprentissage des étudiantes et des étudiants.

 

Nous avons le devoir de nous investir dans notre institution afin qu’elle nous ressemble. Un cégep vivant où il fait bon travailler passe nécessairement par l’implication de ses membres. 

Jean-Nicholas Audet, enseignant en philosophie

 

Depuis que j’enseigne à Rimouski, j’ai eu l’occasion de m’impliquer (à tour de rôle ou en même temps) dans trois comités syndicaux : le comité précarité, le comité de mobilisation et le comité féministe.

 

Le comité précarité, au moment où je m’y suis impliquée, est un excellent exemple des retombées tangibles que notre participation peut avoir dans la communauté enseignante. D’une part, nous avons organisé une séance de formation/d’information sur la précarité. En effet, œuvrer à ce que les précaires connaissent bien les règles du jeu, c’est leur permettre de jouer leurs cartes le mieux possible. D’autre part, les réflexions du comité, transmises à notre fédération, ont été en grande partie retenues dans le cahier de la négo de 2020 : c’est assurément valorisant de savoir que notre travail contribue directement à notre lutte pour de meilleures conditions de travail. Le problème de la précarité est cependant loin d’être réglé et un comité actif et créatif demeure essentiel pour aider directement nos précaires, mais aussi toutes celles et tous ceux du réseau !

 

Mon implication au sein du comité de mobilisation découle de ce même désir d’améliorer nos conditions de travail et les périodes de négociation, en particulier, demandent que des membres se joignent au Comité de coordination syndicale afin de rejoindre les troupes et d’organiser les actions de mobilisation. Il n’est pas nécessaire d’avoir des idées révolutionnaires en la matière : à plusieurs têtes, la créativité est décuplée et on a aussi, après tout, toujours besoin de bras pour concrétiser ces nouvelles idées.

 

Le comité féministe, finalement, rejoint lui aussi directement mes préoccupations. Faire connaître les enjeux féministes, organiser des activités qui rejoignent toute la communauté collégiale et poursuivre ma propre réflexion sur le sujet me permettent non seulement de me développer comme enseignante, mais aussi comme citoyenne.

 

Le SEECR me permet de faire en sorte que mon engagement passe de la parole aux actes et je lui suis infiniment reconnaissante de m’en donner l’occasion. Reste qu’un syndicat ne peut être autre chose que le reflet des membres qui s’y impliquent, c’est pourquoi une participation variée et active est nécessaire afin de le garder vivant et d’attaque — il n’y a rien comme se joindre à lui et à toutes celles et tous ceux qui gravitent autour pour en prendre conscience !

Élise Côté-Levesque, enseignante en français

 

Devenir membre d’un ou de plusieurs comités syndicaux est une expérience fort enrichissante qui saura tirer parti de vos aptitudes et de vos intérêts. Voici quelques impressions dégagées de mon passage dans ces fameuses instances !

 

Conseil syndical :

Il suffit d’être élu par votre département afin de le représenter lors des réunions du conseil qui rassemble les délégués de l’ensemble des programmes du Cégep de Rimouski. Ces rencontres sont peu nombreuses (habituellement 1 ou 2 par session) et sont franchement intéressantes. Au cours de ces réunions, vous aurez la chance d’exprimer votre situation professionnelle non seulement aux membres du comité de coordination syndicale, mais également à vos pairs. Il s’agit d’une occasion unique de vous rassurer en réalisant que le gazon n’est pas toujours plus vert chez le voisin et que les nombreux défis auxquels vous faites face sont souvent partagés par les membres des autres départements. C’est également une opportunité d’émettre vos opinions sur les orientations du SEECR et sur les politiques du Collège. Vous pouvez également profiter de cette tribune pour diffuser vos pratiques départementales et glaner quelques astuces de vos collègues.

 

Comité de perfectionnement :

Vous êtes amateur de chiffres et vous aimez les procédures complexes ? Le comité de perfectionnement est peut-être pour vous ! En compagnie d’un représentant de la direction adjointe à la qualité des études, d’un membre du comité de coordination syndicale et d’une autre personne enseignante, vous pourrez explorer les demandes de perfectionnement en provenance de l’ensemble des départements. Une occasion rêvée d’en connaître davantage sur les intérêts professionnels de vos collègues ! En somme, il suffit d’approuver les demandes soumises par les départements et de participer aux débats sur les demandes de perfectionnement destinées au fonds collectif. Faire partie de ce comité vous donnera assurément une connaissance approfondie des mécanismes qui sous-tendent ces décisions et, qui sait, saura peut-être vous aider dans la rédaction de vos propres demandes et de celles de vos collègues. Bien que la fréquence ne soit pas très élevée, il faut tout de même prévoir quelques rencontres par session dont les dates sont prédéterminées.

 

Vérification interne des livres comptables :

Vous aimeriez inviter l’un des membres du comité de coordination syndicale à souper, mais vous n’osez pas lui demander ses préférences culinaires ? Apprenez-le plus subtilement en scrutant ses factures de repas lors de la vérification des comptes de dépenses. L’opération comptable est plus facile que l’on pourrait le croire puisqu’un membre du comité exécutif aura déjà fait une première vérification et il vous suffira de vérifier son travail. Vous aurez également la chance de traquer les diverses transactions du SEECR afin de vous assurer que le tout est exempt de malversations et ainsi réaliser que la promesse d’un voyage au Mexique toutes dépenses payées qu’on vous aura promis pour vous attirer sur ce comité n’était que pure fabulation. Quelques réunions par trimestre. Pas trop longues en plus. Voici votre chance de vous asseoir dans la salle de combat du SEECR et de voir poser sur vous des regards reconnaissants.

 

Affaires financières :

Il s’agit d’une belle occasion de vous initier aux exercices comptables si vous n’êtes pas déjà rompus à la pratique. Ce comité ne se réunit qu’à l’occasion, lorsque des décisions d’ordre financier sont à l’ordre du jour. Vous aurez notamment l’occasion de découvrir la signification de l’amortissement financier tout en en apprenant davantage sur la nature et l’âge du parc mobilier du SEECR. En gros, vous participerez aux décisions touchant les finances du SEECR, que ce soit la gestion des investissements, l’achat de matériel bureautique, la gestion des dépenses courantes, etc.

 

Comité des relations de travail (CRT) :

Il s’agit d’un comité chargé de préparer le terrain pour les rencontres collège-syndicat (RCS). Vous serez donc au cœur des sujets chauds qui touchent de près ou de loin l’ensemble du corps professoral. Vous aurez également la chance de constater à quel point les membres du SEECR investissent temps et énergie pour assurer une préparation efficiente des RCS, une instance critique. Vous pourrez vous exprimer sur ces sujets et conseiller les membres de la RCS sur la stratégie à adopter pour veiller aux intérêts de nos membres. Siéger à ce comité vous aidera certainement à mieux comprendre les méandres du financement et de la gestion de la masse salariale enseignante tout en vous donnant un accès privilégié aux décisions que se propose de prendre la Direction. Il y a une rencontre par mois environ, sauf en avril où les rencontres sont hebdomadaires. Il s’agit d’une opportunité pour donner votre avis sur les orientations du collège sans nécessairement avoir à affronter les membres de la Direction en face à face. Siègent à ce comité 2 membres du comité de coordination, les membres de la RCS et 2 autres membres du personnel enseignant.

 

Rencontre collège-syndicat (RCS) :

Si vous êtes d’humeur plus frondeuse, vous pouvez, en mode « premières lignes », aller vous asseoir en face des membres de la Direction afin de défendre nos intérêts. Malgré cette introduction un peu effrayante, sachez que l’atmosphère est plutôt saine au cours de ces réunions et que les différents intervenants apprécient travailler ensemble pour le bien de notre communauté collégiale. Certains moments sont plus tendus, certes, mais le respect est le plus souvent au rendez-vous ! Je vous rappelle que ces rencontres sont dûment préparées par le CRT, ce qui rend ce comité particulièrement efficace et redoutable. La fréquence des RCS est la même que celles du CRT, mais l’équipe est réduite. Vous serez donc accompagnés de 2 membres du comité de coordination et de 3 autres membres du personnel enseignant représentant des secteurs complémentaires au vôtre.

 

Participer à la vie syndicale de votre organisation, c’est avant tout vous impliquer dans la vie collégiale. C’est un premier pas qui pourrait vous mener vers une implication plus importante comme siéger au comité de coordination syndicale en fonction des dossiers qui vous intéressent. Vous rencontrerez des personnes stimulantes et qui travaillent dans une ambiance de franche camaraderie. Un petit investissement en temps pour vous qui fera une différence significative pour votre syndicat. Le SEECR vous a déjà épaulé dans un dossier épineux ? Dites-lui merci en vous impliquant au sein de l’un de ses comités !

Hugo Boulanger, enseignant en Technologie d’analyses biomédicales

 

Vous avez des questions ? Écrivez-nous ! seecr@cegep-rimouski.qc.ca