Syndicat des
enseignantes et enseignants
du Cégep de Rimouski
Centrale des syndicats du QuébecFérération des enseignates et enseignats de CEGEP

Coups de coeur du comité féministe

Élise Côté-Levesque, Caroline Laberge et Catherine Paradis

Avec le soleil qui se pointe timidement, le comité féministe du SEECR vous fait trois propositions douces et lumineuses pour égayer vos derniers milles de ce trimestre rocambolesque : M’entends-tu? de Florence Longpré, Journal de Julie Delporte et Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles de Steve Gagnon. 

 

 

M’entends-tu? (2018-2021) de Florence Longpré ー série télévisée québécoise

Ada, Fabiola et Carolanne, trois copines inséparables, enchaînent les galères, les joies et les tristesses. Issues d’un milieu défavorisé, elles sont nées dans l’un de ces quartiers qui nous rappellent que tous et toutes ne naissent pas égaux. 

M’entends-tu? aborde de front des thèmes durs comme la pauvreté, les troubles de santé mentale, les problèmes de consommation, la prostitution ou encore le cycle de la violence conjugale. Malgré les propos abordés de manière frontale, M’entends-tu? reste loin du misérabilisme. Toute la force de la série réside dans l’humanité de ses personnages, dans la qualité de son scénario, dans l’humour de ses dialogues ainsi que dans son rythme et sa réalisation. Bien que le jeu des comédiennes soit parfois inégal, M’entends-tu? est un véritable vent de fraîcheur. Ada, Fab et Caro sont si vraies, leurs vies ne peuvent que résonner en nous. 

Produite par Télé-Québec, M’entends-tu est une série touchante, drôle et lumineuse. La troisième et dernière saison joue actuellement sur les ondes de Télé-Québec. Vous pouvez voir (ou revoir) les deux premières saisons sur le site web de Télé-Québec, sur Tou.tv Extra ou sur Netflix! 

 


 Journal (2014, réédité au Québec chez Pow Pow en 2020) de Julie Delporte ー bande dessinée

Si, parmi les œuvres de Julie Delporte, c’est Moi aussi je voulais l’emporter (2017) qui est la plus citée pour son contenu féministe, c’est son Journal que je souhaite aujourd’hui présenter. Pas que je sois une fan de l’autobiographie – c’est en fait un genre pour lequel j’entretiens la plus grande méfiance, mais en dévoilant les pages de son journal, où elle livre ses réflexions brèves mais denses –, Delporte ne fait pas dans le grattage de bobo. À travers son parcours au sortir d’une difficile rupture amoureuse, nous découvrons ses influences artistiques et intellectuelles tout comme les questionnements qui l’habitent. Quelle parole prendre, comment? Comment s’exprimer comme femme, comme femme artiste? La réflexion féministe de Moi aussi je voulais l’emporter est déjà toute là, en trame de fond, sous l’intime travail sur soi et sur l'art.

« Il faudrait cesser d’être cette petite fille dans mon corps de femme. / je ne m’habite pas entièrement » (11 avril)

« Je peux être qui je veux, construire ce modèle féminin que je n’ai jamais eu. » (3 octobre)

 


 Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles : réflexions et espoirs pour l’homme du 21e siècle (2015) de Steve Gagnon ー essai

Dans ce court essai de 76 pages, le comédien, auteur et metteur en scène Steve Gagnon réfléchit aux rôles respectifs que la société a attribués à l’homme et à la femme il y a de cela des millénaires et auxquels on continue de se conformer, sans s’interroger, malgré les révolutions plus ou moins tranquilles des 100 dernières années. Gagnon montre bien que chaque homme a lui aussi une lutte à mener s’il veut se libérer, se redéfinir comme individu, se trouver, s’assumer. Une réflexion pleine d’amour, sensible, intelligente, poétique, forte et nécessaire. 

« À cette époque où tout est possible, où tout est accessible, il est de l’ordre de la barbarie de faire croire à de jeunes hommes qu’il n’y a qu'une seule petite voie étranglée que l'on peut emprunter. Il faut maintenant leur dire qu'il n’y a plus de limites, leur dire de contourner les chemins incultes mal déblayés par ceux avant nous. Il faut mettre en tas toutes nos vieilles références, tous nos anciens codes et allumer de grandes torches pour les réduire en cendres. »

 


 N’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions si le coeur vous en dit! D’ici là, bon été à toutes et à tous, on se retrouve en septembre 2021!