Syndicat des
enseignantes et enseignants
du Cégep de Rimouski
Centrale des syndicats du QuébecFérération des enseignates et enseignats de CEGEP

Le Courrier de Mme Convention

Marie-Josée Boudreau, responsable de l’application de la convention collective

Des réponses aux plus intimes interrogations des coeurs esseulés et syndiqués en détresse

 

Chère Mme Convention,

Je vous écris pour vous souhaiter un bel été, sans problèmes ni griefs. J’ai tellement hâte que les vacances arrivent, alors j’imagine bien que ce doit être la même chose pour vous ! Cet été,  j’ai prévu une longue randonnée en Nouvelle-Angleterre et une mission humanitaire au Nunavut en tant que bénévole. Bien entendu, ça ne m’empêchera pas d’envoyer mon rapport de projet le 20 juin tel que demandé et d’être présente au comité de sélection auquel mon adjointe m’a conviée le 10 août, puisque je veux rendre service à mon département.

Hum. Dans le fond, Mme Convention, est-ce que c’est normal de travailler en vacances?

Une enseignante un peu mêlée

 

 

Chère enseignante,

C’est bien d’être dévouée et prête à aider, mais tu as le droit de profiter au complet de ta période de vacances. D’ailleurs, même Mme Convention prend des vacances et son livre de chevet préféré précise à ce propos que les délais prévus dans le cheminement des griefs ne courent pas pendant les vacances des enseignantes et des enseignants (si les griefs sont en pause, nous aussi!).  Ainsi, au cours de la période de vacances, si un membre de la Direction t’invite à être présente à une rencontre, à un comité ou à une autre activité (si l’activité est un barbecue sur le bord de la piscine, que l’adjointe est ta belle-sœur et que tu es consentante, on s’entend que ça ne compte pas), il faut lui rappeler que tu n’es pas au travail. Cependant, s’il arrivait qu’en tant que responsable de la coordination départementale, tu acceptes d’être présente à un comité de sélection qui ne pouvait absolument pas se tenir dans la période de disponibilité pour des raisons vitales avec lesquelles tu es en accord et que tu es à l’aise d’y participer (personne ne peut t’y obliger), souviens-toi que tu dois demander à être rémunérée (la convention, à 6-1.06,  fixe ta rémunération pour une journée à 1/260 de ton salaire annuel et précise que tu ne peux être rémunérée pour moins d’une demi-journée). Tu pourrais aussi accepter une reprise de ce temps de vacances, mais n’oublie pas que ce mécanisme est peu balisé et que, dans plusieurs cégeps, cette reprise correspond au double du temps. Passe un bel été et reviens-nous en pleine forme en août!