Syndicat des
enseignantes et enseignants
du Cégep de Rimouski
Centrale des syndicats du QuébecFérération des enseignates et enseignats de CEGEP

Les femmes, c’est pire…

Patricia Posadas, responsable d’elle-même

Combien de fois, dans ma vie, ai-je entendu ce jugement de valeur?

Quand les femmes crient, c’est pire que lorsque les hommes crient. Mais faites-vous crier après par un homme sur votre lieu de travail… Sa voix… assourdissante et vous… assommée, effrayée par la charge…

Quand les femmes médisent, c’est pire, c’est bitch, c’est cru, c’est méchant, c’est mesquin. Les hommes, eux, c’est franc, ça se dit en face ce que ça a à se dire… Pour vrai? Vous vous croyez quand vous dites cela? Après 13 ans d’enseignement à l’Institut maritime, dans des classes dominées par la gente masculine, de la mesquinerie, de la bitcherie, de l’hypocrisie, j’en ai vu, ni plus ni moins que dans des groupes féminins.

Quand les femmes dénoncent, elles vont trop loin, elles confondent tout, elles mettent sur la sellette des hommes qui ne méritent pas un tel sort… Mais les hommes qui les coincent dans un bureau, dans une réunion familiale, au détour d’une ruelle obscure, n’est-ce pas eux qui vont trop loin, qui confondent tout et qui mettent en danger des femmes qui ne méritent pas un tel sort?

À ma belle-mère effarée devant les titres de journaux qui relataient les nombreuses dénonciations du mouvement #Moiaussi, qui s’inquiétait de la violence sexuelle dans laquelle nous vivons, j’ai déclaré ceci: «Ce mouvement est pour moi la meilleure chose qui nous soit arrivée depuis longtemps. Cette violence sexuelle que tu nommes n’est pas une invention de 2018. Dans les dénonciations, les faits relatés datent parfois de l’enfance de celles et de ceux (car il y a des ceux) qui racontent, qui sortent enfin du silence. Le silence est le meilleur collaborateur des bourreaux. Ces dénonciations annoncent un monde meilleur dans lequel les victimes n’accepteront plus de se taire, dans lequel la parole des victimes sera enfin écoutée. Pas juste entendue. En tous cas, c’est mon voeu le plus cher.»

Je crois profondément que les femmes sont ni pires ni meilleures que les hommes, que les femmes sont des humains comme les hommes, mais le «dressage» dont elles sont l’objet depuis des millénaires ne fonctionne plus sur nos jeunes pousses qui ruent dans les brancards, vivent leur vie en toute liberté, qui assument leurs choix, qui jurent, crachent et pètent (pourquoi pas!), qui sont humaines avant toute chose. Et moi, je trouve cela très beau.

Permettez-moi de partager avec vous ici, une merveilleuse chanson d’Anne Sylvestre, chanson que j’avais trouvée jouissive à l’époque de la sortie de l’Album Une sorcière comme les autres (1975, aïe…): voici «Bergère»:

 

- Ah dis-moi donc bergère

À qui sont ces moutons?

- Monsieur, à la bergère

Qui se les achetions

Et mon pied au derrière

Devinez qui l'auront?

 

- Ah dis-moi donc bergère

Comment me parle-t-on?

- Monsieur faut vous y faire

On a changé de ton

Et mon pied au derrière

N'est pas pour mes moutons

 

- Ah dis-moi donc bergère

Mais que s'est-il passé?

C'n'est pas du tout ce que mon père

Et mon grand-père m'ont raconté

Ils m'ont dit que les filles

N'attendaient plus que moi

Qu'avant d'fonder une famille

Je devais m'amuser comme un roi

 

Ah dis-moi donc bergère

Tu as de bien beaux yeux

- Vous parlez d'mon derrière

Je le sais bien monsieur

Mais c'est pas votre affaire

Le touche qui je veux

 

- Bergère, allons bergère

Tu n'y es pas du tout

Moi je voulais te faire

Un brin de cour c'est tout

- En voilà des manières

Votre cour, je m'en fous

 

- Dis-moi, dis-moi bergère

Pour qui te prends-tu donc?

Soit dit sans vouloir te déplaire

Tu as le nez beaucoup trop long

Tu as la taille fine

La jambe beaucoup moins

Tu n'as pas assez de poitrine

Et tu aurais besoin d'un shampoing

 

Ah non vraiment bergère

À bien te regarder

Vraiment tu exagères

De tant me résister

Tu devrais être fière

Que je t'aie remarquée

 

- Monsieur, dit la bergère

Me faites pas rigoler

Ce que votre grand-père

N'vous a pas expliqué

C'est que je les préfère

Un peu mieux baraqués

 

Elle a point la bergère

Le soleil dans les yeux

N'en déplaise à m'sieur votre père

Vous n'êtes pas terrible, mon vieux

Suffit pas qu'le coq chante

Pour qu'on vienne en gloussant

Pour en trouver de plus causantes

Faudra changer votre compliment

 

- Tu te trompes bergère

J'ai une fiancée

Qui a d'autres manières

Et qui sera comblée

Par c'que je vais lui faire

Le dix du mois de mai

 

- Je sais, dit la bergère

Elle est pas mal du tout

Et puis elle est pas fière

Elle s'amuse sans vous

Avec mon petit frère

Dans le pré en dessous