Syndicat des
enseignantes et enseignants
du Cégep de Rimouski
Centrale des syndicats du QuébecFérération des enseignates et enseignats de CEGEP

À propos du magazine de la CSQ

Patricia Posadas, responsable des communications

Quatre fois par an, notre centrale syndicale nous fait parvenir son magazine que nous distribuons dans vos casiers. Dans ce magazine se trouvent des nouvelles des membres de la centrale. En le feuilletant, on découvre des dossiers connexes à notre réalité. Ce magazine est donc un outil de solidarité puisqu’il nous permet de découvrir la réalité des autres corps d’emploi affiliés à la centrale.

En m’y promenant, ce matin, par exemple, j’ai découvert cet article sur les raisons pour lesquelles de jeunes travailleuses, travailleurs s’engagent sur le plan syndical: À quoi carbure notre relève? Devenue syndicaliste presque par hasard (elle remplaçait une prof qui était déléguée syndicale), Suzie Hinse a découvert ceci:

«Au départ, je cherchais surtout à créer des liens avec mes collègues. Puis, j’ai pris conscience de l’importance de la solidarité pour défendre nos conditions de travail et ce système d’éducation qui nous tient tant à cœur.»

À ses débuts, la direction de son école n’a pas été tendre. «J’ai fait mes premiers pas comme déléguée alors que j’étais précaire. Et l’employeur se faisait un plaisir de me le rappeler… Malgré cela, j’ai refusé de me laisser intimider et j’ai maintenu mon engagement. La précarité n’est pas une raison pour tout accepter!»1, explique-t-elle fièrement.

Cette réflexion sur l’engagement syndical m’a semblé intéressante, car j’y reconnais le parcours de plusieurs parmi nous. Tout comme c’est en forgeant que l’on devient forgeron, c’est en faisant du syndicat que l’on devient syndicaliste.

Mais le magazine aborde aussi la solidarité sociale: la lutte à la pauvreté ou les questions environnementales. D’ailleurs, ces dernières sont au coeur de la décision que nous avons prise. En effet, en cohérence avec notre volonté de réduire les déchets et l’utilisation du papier, nous avons pris la liberté de demander à notre centrale de nous faire parvenir, dorénavant, seulement quelques exemplaires de la version papier puisque, de toute façon, la version électronique est consultable en ligne (voir lien plus haut).

Nous garderons une dizaine d’exemplaires papier au bureau du syndicat, à votre disposition, pour celles et ceux qui préfèrent consulter les documents directement. Si vous préférez lire le magazine en l’ayant entre vos mains, passez chercher un exemplaire!

_____________

1. C’est moi qui souligne.