Syndicat des
enseignantes et enseignants
du Cégep de Rimouski
Centrale des syndicats du QuébecFérération des enseignates et enseignats de CEGEP

De tâches et de responsabilités

Alain Dion, coordonnateur du Comité de coordination syndicale

Comme nous le soulignions dans le dernier numéro de La Riposte (Vol. 38, No 8), les membres du Comité de coordination syndicale travaillent actuellement à revoir les responsabilités et les tâches assignées aux élues et élus du SEECR. Nous le constatons depuis quelques années, la charge de travail et les responsabilités des personnes œuvrant au SEECR se sont passablement transformées, voire alourdies, créant parfois certaines iniquités dans les tâches accomplies au syndicat. Au fil des ans, certains dossiers se sont complexifiés, multipliés, exigeant temps et analyses supplémentaires. Les enjeux liés au financement des cégeps, le suivi concernant l'utilisation des ressources enseignantes ou encore l'impact de la baisse de l'effectif scolaire sur la tâche enseignante ont, entre autres, généré une augmentation significative de la tâche de la personne responsable de l'application de la convention collective.

Amorcée à l’automne 2016, cette importante réflexion vise donc à assurer une meilleure répartition de la charge de travail au SEECR, mais elle devrait permettre également de faire face aux nouveaux défis qui se pointent depuis quelques années dans l'horizon syndical. À ce titre, l’adhésion à une nouvelle fédération syndicale (qui a généré bon nombre de changements et d'adaptations), les impacts d'une nouvelle convention collective qui régit notre vie syndicale, le renouveau pédagogique, l'alourdissement constant de la tâche enseignante et les changements récurrents du personnel-cadre du collège ont contribué à modifier nos façons de faire le travail syndical.

 

Des principes guides

Tout au long de ce processus, trois grands principes ont guidé nos travaux :

-Dans un premier temps, il ne fallait pas augmenter le dégagement des personnes oeuvrant au syndicat. Nous devions donc mener nos travaux dans le respect des ressources allouées au SEECR.

-De plus, nous souhaitons maintenir le principe d'égalité entre les différents postes à pourvoir. Au SEECR, ce principe est important, car il ne confère aucune autorité à personne. Nous fonctionnons de manière consensuelle et chacune et chacun a une voix égale au sein du Comité de coordination syndicale.

-Et, enfin, toute la question de la formation et de l'éducation syndicale et sociale doit demeurer au coeur de la mission du syndicat.

 

La suite de nos travaux

Au cours des dernières semaines, le Comité de coordination syndicale a consulté plusieurs membres ayant déjà travaillé au Comité de coordination syndicale ou encore des membres ayant participé activement à divers comités syndicaux. Nous souhaitions nous assurer de la cohérence de notre proposition de modifications et l'expérience syndicale acquise par bon nombre de nos membres a été de bon conseil. La réflexion tire maintenant à sa fin.

Nous vous présenterons le résultat de nos travaux à l'assemblée générale du 6 mars prochain. Nous pouvons déjà annoncer que nous proposerons des changements importants dont :

-une redistribution de certaines responsabilités entre les postes existants,

-la création d’un deuxième poste relatif à l'application de la convention collective.

-et, afin de respecter le niveau de ressources allouées au SEECR, la fusion de deux postes qui existent présentement : le poste de responsable aux pratiques syndicales avec le poste des communications.

 

Votre syndicat

À l’assemblée générale, le mardi 6 mars au D-114, nous comptons sur votre présence pour évaluer, discuter et éventuellement approuver les changements que nous proposons. Notre désir le plus cher est de maintenir une organisation syndicale à votre image. Une organisation qui respecte la voix de ses membres et qui les représente le mieux possible.  On vous attend en grand nombre!